Accueil
Présentation des Mercredis du Cinéma
Programmation
Compte-rendus des séances
=> 2 avril
=> Frédéric Ramade
Commentaires
Contact
 

Frédéric Ramade

Le 9 avril : séance CINEASTE


Animée par Catherine Ermakoff des Ateliers cinéma de Paris 7 et en présence du réalisateur, Frédéric Ramade sur le film Ode pavillonnaire.



Le film



Ode Pavillonnaire
France / 2005 / super 16 et super 8 / nb et coul. / 45'
De Frédéric Ramade
Production Atopic
Sélectionné aux festivals
Entrevues de Belfort 2005
Hors Pistes 2006, centre G. Pompidou


Des façades mornes et identiques qui se répètent le long de ruelles proprettes. Un silence pesant à peine troublé par le passage de quelques voitures. Repliés sur eux-mêmes et peu enclins à la sociabilité, les lotissements et les pavillons sont, malgré leurs défauts, devenus le mode d'habitat le plus répandu en France durant les trente dernières années. De retour dans le pavillon où il a passé son enfance, Frédéric  Ramade met en scène les membres de sa famille et les amène à se pencher de façon critique sur la genèse de leur maison, et les désirs qui ont guidé leurs choix esthétiques et techniques. En cherchant à raconter son histoire, sa famille découvre un enjeu insoupçonné de l'habitat : la prise de parole.




L'Atelier Cinéma de Frédéric Ramade
Construire l’espace – architectures du plan


L’architecture façonne l’espace, organise nos parcours, oriente nos modes de vie. Face à cet agencement du monde, quelle est la place de la caméra ? Comment le découpage qu’elle opère à son tour dans le réel va-t-il jouer avec le construit ? Quel nouvel ordre architectural se dessine sous l’œil de l’opérateur ? Dans quel but ? L’atelier se propose de confronter les étudiants à un même objet architectural et de leur demander de réaliser une séquence filmée l’exploitant. Le choix d’un seul et même objet pour tous - la villa La Roche conçue par Le Corbusier et située dans le 16ème arrondissement de Paris -  leur permettra d’envisager par l’analyse de leurs travaux respectifs les différentes possibilités offertes par ce lieu.
À travers cet exercice pratique de prise de vue, j’aimerais amener les étudiants à considérer le décor comme un véritable personnage en interaction permanente avec les personnages ou sujets vivants qui parcourent le cadre. Un personnage qu’il convient de diriger par le cadre et l’articulation des plans.

Déroulement de l’atelier
Après une rencontre préalable, les étudiants effectueront un repérage du lieu. Libre à eux d’en ramener des photographies ou croquis à même de les aider dans la préparation de leur tournage.
Suite à ce repérage, il leur sera demandé de choisir ou d'écrire un texte court — citation ou écriture personnelle — qui leur semble signifiant par rapport au lieu, et leur permettra d’y associer une intention, une couleur, ou un sentiment.
Suivra une phase d’écriture et de conception de la séquence à tourner à partir de ces différents éléments. Il s'agira de clarifier ses intentions, de déterminer son point de vue et ses axes de tournage. On préférera une séquence construite sur la base d’un découpage de plans. De même, on préférera l’articulation en plans fixes aux mouvements, délicats à maîtriser sans machinerie. La séquence imaginée pourra être documentaire ou fictionnelle. Dans ce dernier cas, l’étudiant devra pourvoir à d’éventuels figurants et penser à la façon dont ceux-ci peuvent se saisir du texte.
La phase de conception préalable au tournage s’effectuera en parallèle à une analyse de plans, principalement tirés du film Satan Tango de Béla Tarr. Les plans retenus sont ceux tournés dans l’auberge du village, un lieu central dont l’appréhension ne cesse d’évoluer tout au long du film dans un mouvement de reconstruction constante venant soutenir l’état affectif des personnages. L’atelier sera suivi d’une troisième phase, pratique, où chaque étudiant disposera d’une même durée de tournage pour filmer les plans de sa séquence. Il sera accompagné par le responsable d’atelier avec lequel il pourra échanger autour des contraintes de tournage et faire évoluer ses intentions.

La dernière phase de l’atelier sera consacrée au montage des rushes. L’étudiant continuera de travailler l’espace, cette fois par le rapprochement des plans, et l’apport du son. L’ensemble des travaux fera l’objet d’une analyse collective.




Contact
Catherine Ermakoff et François Bonenfant
Coordinateurs des Ateliers Cinéma
UFR LAC / LSH
Université Paris 7 - Denis Diderot
01 57 27 63 66
06 07 13 60 92

Aujourd'hui sont déjà 2 visiteurs (7 hits) Ici!
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=